Des assises pour des services publics debout

Le 22 septembre un groupe de Morsaintois-es se réunissaient, à l’invitation de Marjolaine Rauze, pour préparer des « Assises locales des services Publics » qui se tiendront début décembre. Objectif : comprendre, rassembler et résister à la dégradation qui s’accentue.




Jennifer, Laure, Sylvain, Sarah, Corinne, Cyril, Nadine, Olivier ou Isabelle... Elles et ils sont enseignants, surveillante dans la pénitentiaire, salariée de la sécurité sociale, policière, agent SNCF, responsable d’une structure d’accueil pour personnes handicapés, agent du service public communal, infirmière, assistante de vie scolaire (AVS) ou simplement usager... Leurs points communs : leur attachement au service public, « le patrimoine de ceux qui n’en ont pas » comme dit l’un d’entre eux, dont le principe repose sur la solidarité. Et leur décision de répondre à l’invitation de la Municipalité pour construire les assises locales des services publics.

Ce jeudi 22 septembre, elles et ils se sont retrouvés pour la deuxième fois. Caroline Saint-Hilaire, maire-adjoint, rappelle dans une brève introduction le sens de cette initiative. « Croiser des regards d’agents, d’usagers et d’élus », « créer de la convergence », dans un contexte ou « la dégradation des services publics aggravent les difficultés des citoyens usagers. Et nous sommes tous, de la naissance à la mort, usagers des services publics ». Cette dégradation, chacun en témoigne à sa manière.

Par exemple Jennifer, l’AVS, dit sa détresse face aux conditions qui lui sont faite : un contrat de deux ans non renouvelable, manque de formation, absence de reconnaissance, de perspectives, « et ce sont les enfants dont nous nous occupons qui en subissent les conséquences ».

Laure, l’infirmière, se souvient : « On nous a remerciées après les attentats de 2015, mais la situation de l’hôpital ne s’est pas amélioré pour autant ! ». « Un société sans service public, ce serait une société du tous contre tous, insiste Sylvain. Les riches eux pourront toujours se payer quelque chose, mais les autres... ». C’est pourquoi, comme le dit Isabelle : « Il ne faut pas en rester au constat.

Il faut que ces assises nous permettent d’éclairer les choses  ». Eclairer, par exemple, la différence entre « un service public qui doit équilibrer son budget et une entreprise privée qui doit d’abord rémunérer ses actionnaires » selon les mots du maire, Marjolaine Rauze. Répondre aussi aux questions : « Pourquoi certains s’acharnent-ils autant sur les services publics ? » et « que peut-on faire pour résister et empêcher cette dégradation ? » propose Marie-Claire Arasa, première adjointe. « Oui il faut que ça débouche sur de l’action » insiste sylvain.

On le voit les idées ne manquent pas pour faire de ces assises un beau et intéressant moment de convergence citoyenne. Le groupe de préparation devrait se revoir une nouvelle fois à la mi-octobre.



« octobre »
L M M J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5


Mairie de Morsang :
Square Alexandre-Christophe
BP 4 - 91390 Morsang-sur-Orge

Tel. : 01 69 25 39 00
Fax : 01 60 16 99 98

Horaires :

Lundi, mardi et vendredi :
8 h 30 - 12 h 00 / 13 h 30 - 18 h 00

Jeudi :
8 h 30 - 12 h 00 / 13 h 30 - 19 h 00 (sauf Etat civil : 18 h 45)

Mercredi et samedi :
8 h 30 - 12 h 00 (sauf Etat civil : 11 h 45)


  Webmestre Informations légales Crédits Accessibilité